SOLAG 2 commentaires

Restauration de Terre-cuite & Métallisation

La métallisation des terres-cuites est un traitement qui répond aux modes de vie actuels. Elle permet d’entretenir facilement la terre-cuite et assure une finition brillante à la surface.

Solag, soldat du feu !

Matériau : Terre-cuite
Finition : Métallisation
Superficie : 81 m²
Temps d’intervention : 4 jours
Budget : 3 700 €
Lieu : Rousset (13)

Les incendies font de graves dommages collatéraux, outre les dégâts liés au feu lui-même, la suie qui se dépose sur le sol est un vrai fléau. Ce sont des particules minuscules, de l’ordre de quelques nanomètres qui s’installent dans la terre-cuite, qui elle, est très poreuse.

Néanmoins, les procédés de SOLAG ont fait leur preuve ! Et la suie ne nous fait pas peur ! Elle n’a qu’à bien se tenir !

Solag au Conseil Municipal de Velleron :

Matériau : Terre-cuite
Finition : Métallisation
Superficie : 57 m²
Temps d’intervention : 3 jours
Budget : 2 500 €
Lieu : Velleron (84)

La Mairie de Velleron (84) nous a contacté afin de restaurer les terres cuites de leur Salle du Conseil Municipal.

Pour des raisons évidentes de facilité d’entretien, leur choix s’est porté sur une finition avec cire chimique (métallisation).

Résultats :

  • un matériau nettoyé en profondeur de ses traces des années passées
  • un sol satiné
  • des couleurs réchauffées.

Les Conseils Municipaux des 40 prochaines années pourront bénéficier de toute la chaleur naturelle de la terre cuite.

Restauration du sol dans un Mas du Vaucluse :

Tomettes provençales :

Carreaux hexagonaux en terre cuite de couleur rouge typiques de notre région recouvrent la plupart des sols des pièces à vivre des maisons de nos villages. Aujourd’hui passant inaperçus car ils font partie intégrante du décor de Provence, il est cependant un matériau très ancien et possède une longue histoire…

La tomette est de plus en plus une laissée pour compte et se fait recouvrir ou enlever afin de privilégier un autre revêtement de sol. En effet elle est de prime abord trop difficile d’entretien, mais SOLAG lutte contre ces préjugés. Ainsi elle met à disposition de ses clients tout son savoir-faire pour permettre à ces sols de caractère de perdurer.

Restaurer des sols en terre cuite, c’est possible :

Un client nous a contacté pour un sol en terre cuite centenaire ayant perdu au fil du temps de son cachet (tâches, rayures, zones mates, éclats…). Comme expliqué précédemment, un sol difficile d’entretien, et voué a être recouvert par un autre revêtement que l’on considérera comme “plus facile d’entretien”.

Pour éviter sa disparition certaine et en accord avec les propriétaires du Mas, nous avons restauré ce sol. Ce qui a permis de faciliter son entretien, mais aussi d’améliorer son aspect. Ainsi nous avons tout mis en œuvre pour que cet héritage puisse durer le plus longtemps possible.

Nous avons :

Photo Terre Cuite

Terre Cuite

  • nettoyé à l’aide de décapants les terres-cuites,
  • rebouché les trous et quelques joints avec des solutions teintées (couleur des carreaux et des joints),
  • à d’autres endroits nous avons appliqué des patines directement sur les terres cuites (principe du trompe-l’œil), ce qui a permis de stabiliser et d’uniformiser l’aspect du sol,
  • une fois sèche, les terres cuites ont été protégées contre la pénétration des liquides lui redonnant ainsi un aspect brillant et des couleurs chaleureuses, de surcroît facile à entretenir.

Enfin, nous avons mis en place un protocole d’entretien spécialement adapté au sol de la pièce restaurée avec les propriétaires, ce qui autorise à penser que la prochaine restauration à envisager ne se fera pas avant 30 à 35 ans.  Ce chantier s’est étalé sur une durée de 10 jours, toutes interventions comprises. Le budget engagé a été 5 fois moins coûteux que ce qui était envisagé avant notre intervention : achat et pose d’un carrelage Grès Céram plus les frais liés à la hausse du niveau du sol (rabotage des portes, porte-fenêtre…).

Vous pouvez retrouver toutes nos autres interventions “Terre-cuite” sur notre blog et/ou vous inscrire à notre newsletter en remplissant le formulaire suivant :
[mc4wp_form id=”70852″]

SOLAG 2 commentaires

Une Découverte inopinée sous la Moquette de mon salon

En rénovant son appartement, un particulier a fait une découverte inopinée ! Des tomettes provençales dissimulées depuis de nombreuses années sous la moquette de son salon, quelle surprise !

Donne moi un conseil…

Plutôt que de recouvrir à nouveau ces tomettes avec un nouveau revêtement comme un « Lino », nous lui avons suggéré d’enlever la moquette et restaurer les tomettes provençales, qui s’y trouvaient déjà.

SOLAG est donc intervenu afin d’enlever et évacuer la moquette. Mais tout n’est pas aussi simple dans la restauration des sols, vous vous en doutez ! Oui, il y avait là de belles tomettes qui ne méritaient pas d’être enfouies sous une moquette, certes mais ce sol avait aussi connu quelques mésaventures…

Certaines parties du sol avaient été rebouchées au ciment gris, quelques tomettes avaient été repeintes grossièrement en rouge, d’autres étaient branlantes ou encore tout simplement manquantes.

Mais chaque chose en son temps…

Dans un premier temps, il a fallu décaper cette peinture, nettoyer les tomettes et recoller les tomettes branlantes tout en suivant les principes de pose d’origine.

Puis sur les « rustines » en ciment, la création d’un trompe-l’œil au motif des tomettes était inévitable, en effet l’état du sol ne permettait pas un remplacement du ciment par d’autres tomettes.

Une fois « les réparations » faites, les tomettes propres et sèches, il a fallu traiter les surfaces avec un procédé de cire à chaud. Il s’agit là de notre propre formule de cire qui permet de bénéficier d’une cire plus riche à hauteur de 35%. Celle-ci a la capacité de protéger, stabiliser et ralentir le vieillissement des tomettes.

Et après ?

Un protocole d’entretien spécialement adapté au sol de la pièce restaurée est ensuite mis en place. Il qui permettra de maintenir l’esthétique du sol pour une période d’au moins 2 générations.

  • Un chantier, toutes phases comprises, de 13 jours.
  • Pas de poussière superflue.
  • Une pièce avec son cachet d’origine.
  • Un budget 3 fois moins coûteux qu’un nouveau revêtement.
  • Que demander de plus ?
Colle de moquette sur tomettes provençales
Avant
Tomettes restaurées après l'évacuation de la moquette
Après